Deux tonnes d'ivoire saisies en Ouganda

Deux tonnes d'ivoire saisies en Ouganda
Vendredi, Octobre 18, 2013
Le Cap, Afrique du sud

Deux tonnes d'ivoire d'éléphant ont été saisies vendredi en Ouganda, portant à six tonnes le volume total d'ivoire confisqué en provenance de ce pays d'Afrique de l'Est en l'espace d'une semaine à peine.

Les autorités ougandaises ont intercepté la cargaison d'ivoire alors qu'elle faisait route vers le port de Mombasa, au Kenya, véritable plaque tournante du trafic d'ivoire à destination de l'Asie.

Cette nouvelle saisie vient s'ajouter aux deux cargaisons de deux tonnes d'ivoire chacune que les autorités kenyanes ont découvertes la semaine dernière dans le port de Mombasa. Toutes deux étaient elles aussi en provenance de l'Ouganda.

« Cette année est particulièrement sanglante pour les éléphants. Pour sauver cette espèce emblématique, il faut nous attaquer à tous les maillons de la chaîne du trafic d'ivoire, des braconniers aux consommateurs, en passant par les trafiquants », explique James Isiche, Directeur régional Afrique orientale d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

« On estime qu'entre 25 000 et 50 000 éléphants ont été massacrés par des braconniers en 2011, l'ivoire ainsi obtenu servant à fabriquer des bibelots dont personne n'a besoin. La criminalité liée à la faune sauvage est une activité dangereuse qui touche l'ensemble de la planète, au même titre que la traite d'êtres humains, le trafic de drogues ou le trafic d'armes. »

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, et en particulier à la Chine, où cet «or blanc» tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La disponibilité limitée de l'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, alimenté la demande, encourageant ainsi le commerce illicite de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce trafic, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces de faune sauvage dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. IFAW a récemment signé un mémorandum d'entente avec INTERPOL, le premier jamais signé avec une ONG par le Programme d'INTERPOL sur la criminalité environnementale. IFAW et INTERPOL ont collaboré sur de nombreux projets depuis 2005, et notamment l'année dernière, lors de la plus grande opération de lutte contre le trafic d'ivoire jamais menée à l'échelle internationale.

Note aux rédacteurs

Le dernier rapport d'IFAW intitulé La nature du crime: répercussions du commerce illicite d'espèces sauvages sur la sécurité mondiale illustre la menace que le commerce illicite fait peser sur des animaux comme les éléphants et les rhinocéros, mais aussi sur les populations.

La vidéo de l'opération WENDI menée au Congo-Brazzaville est visible ici.

Pour en savoir plus sur le trafic d'ivoire, téléchargez le magazine numérique d'IFAW, Unveiling the Ivory Trade (Révélations sur le commerce de l'ivoire).

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Wildlife Trade Programme)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW