Continuer, encore et toujours

Le soleil se couche sur la brousse ivoirienne et nous restons tous rassemblés devant un  éléphant. Ce matin, un groupe avait été localisé fort loin de notre QG. A force de patience et de finesse de la part de nos pisteurs locaux, nous retrouvons leur trace et, pendant plusieurs heures, les suivons patiemment à la trace. Quand enfin ils se rapprochent du périmètre de notre zone d’intervention, notre vétérinaire embarque dans l’hélicoptère qui part survoler la zone.

Après 30 minutes de vol, la fléchette anesthésiante atteint sa cible, un grand mâle qui avait entrepris hier de traverser la route près de nos camions. La niveleuse ouvre la route jusqu’à l’éléphant et l’équipe a terre s’affaire et rejoint l’éléphant. Alors qu’il est pris en charge par notre équipe, il fait un arrêt cardiaque. Le vétérinaire lui injecte l’antidote qui ne produit pas d’effet. Avec l’aide des villageois présents nous pratiquons un massage cardiaque de plus de 15 minutes. En vain.

Cette mission est longue, nous sommes à pied d’œuvre depuis 4 jours maintenant, nous sommes fatigués, nos pisteurs aussi. Alors nous sommes tous bouleversés. Même si tous le processus a été suivi scrupuleusement, même si nous avons les meilleurs professionnels de la translocation avec nous ici, nous savons que le risque de perdre un éléphant existe. Si cet éléphant devait rester ici, à Daloa, si l’alternative de la translocation n’avait pas été envisagée, il serait devenu une victime supplémentaire du conflit humain/éléphant.

Tandis que plusieurs membres de notre équipe faisaient face à cette perte tragique, le même jour avec un autre éléphant, notre mission réussissait. Pendant la nuit on a transporté l’éléphant que nous avions capturé plus tôt le soir, et ce matin, notre cher ‘Plaisir’, tel que l’avaient prénommé les villageois, arrivait, quant à lui, dans le Parc National d’Azagny. Après avoir dû patienter quelques heures en raison d’un embourbement du camion le transportant, les portes de sa cage se sont ouvertes sur un océan de verdure, une forêt primaire lui offrant cette liberté de ne plus vivre à proximité des humains. Après un levé de trompe dans notre direction, ‘Plaisir’ s’en est allé vers sa nouvelle vie.

Plaisir porte bien son nom. Il restera notre rayon de soleil de ce jour, il nous aura aidé à puiser au plus profond de notre énergie pour faire en sorte qu’ils soient encore nombreux à rejoindre Azagny dans les jours à venir.

CSB

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Directrice des opérations
Directrice des opérations, Fonds international pour la protection des animaux
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international Criminalité en ligne liée à la faune sauvage, IFAW Royaume-Uni
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW