Comprendre les échouages de cétacés grâce à la recherche spatiale

Des dauphins s’échouent sur les plages partout dans le monde, y compris à Cap Cod où se situe le centre international des opérations d’IFAW.Chaque année, des centaines de baleines, dauphins et marsouins s’échouent sur les plages du monde entier. C’est aussi le cas à Cap Cod, où je travaille au centre international des opérations d’IFAW. On me demande régulièrement à quoi est dû ce phénomène.

Aussi, afin d’éclaircir le mystère, je rejoins cette année une équipe de chercheurs de la NASA et du bureau de l’Ocean Energy Management (BOEM). Notre hypothèse est que certains de ces phénomènes seraient en corrélation avec des orages géomagnétiques. Ce qui nous amène à la question suivante : est-il possible que le sens de l’orientation de nombreux mammifères marins soit affecté par ces tempêtes au point qu’ils en arrivent à se perdre ? Cette théorie n’est pas récente, mais n’a jamais été testée jusqu’à présent.

Au cours de l’année, nous allons installer dans les fonds marins et les sites d’échouage de cétacés des appareils d’enregistrement de données. Nous comparerons leurs résultats avec ceux de l’activité spatiale relevés durant la même période, afin d’établir un lien entre ces mammifères marins désorientés et la météo spatiale.

Nous savons que les sites propices aux échouages, parmi lesquels l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Cap Cod, possèdent des caractéristiques similaires : des plages en pente douce, une forte fluctuation des marées, et un sable fin et sédimenté qui pourrait avoir un impact sur l’écholocalisation. Les animaux viennent s’échouer sur ces plages depuis des centaines d’années, si bien qu’il est peu probable que ce phénomène soit imputable à l’activité humaine moderne, comme l’usage de sonars par exemple. Quelles sont les autres causes possibles ?

Les cétacés tels que les baleines et les dauphins sont des créatures sociables dotées d’un fort esprit de groupe. Si l’un des individus est blessé ou malade et vient à s’échouer, il arrive que tout le reste du groupe le suive et s’échoue à son tour. Mais lorsqu’il n’est pas question de maladie, qu’est-ce qui entraîne un déplacement massif vers la côte ?

Des vents violents et une mer agitée peuvent désorienter les animaux et les mener trop près du littoral. L’échouage massif de cétacés peut-il être causé par des facteurs aussi simples ou s’agit-il d’un phénomène plus complexe à plus large échelle ? Pourrait-il être influencé par des événements ayant lieu dans l’espace ?

Mes collègues et l’héliophysicien Antti Pulkkinen du centre Goddard m’ont expliqué l’origine des anomalies magnétiques. Elles sont créées lorsque la couronne solaire éjecte de la masse coronale dans le système solaire, sous forme d’énormes bulles remplies de particules chargées. Cela peut perturber la détection des champs magnétiques chez les animaux. Ces événements sont connus pour endommager sérieusement les satellites et les réseaux électriques. Il nous tarde de découvrir si c’est aussi un facteur dans notre cas d’étude. Si la théorie se confirme, nous pourrons peut-être nous servir des rapports de tempêtes solaires comme des signaux d’alerte pour de potentiels échouages massifs, ce qui permettrait une meilleure réponse des équipes de sauvetage. Une fois que nous commencerons à fouiller dans la montagne de données relatives aux centaines d’échouages et aux milliers d’événements spatiaux, il sera bien plus facile de trouver une corrélation, s’il y en a une.

Tenez-vous au courant, car nous prévoyons d’achever l’étude vers la fin de l’année et de publier nos découvertes dans une revue scientifique. Cette recherche révolutionnaire a été rendue possible par les fonds d’innovation scientifique de la NASA, ainsi que le BOEM, et nous avons eu la chance d’être l’un des rares projets choisis cette année.

Katie Moore

L’étude d’IFAW sur l’échouage en masse a été réalisée suite à un accord sur l’échouage de mammifères matins passé avec l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) sous le régime du « Marine Mammal Protection Act ».

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique