Chine : la communauté internationale salue la destruction des stocks d'ivoire

Chine : la communauté internationale salue la destruction des stocks d'ivoire
Lundi, 6 Janvier, 2014
Pékin, Chine

Le gouvernement chinois a détruit hier plus de six tonnes d'ivoire confisqué et de produits dérivés à Dongguan, dans la province de Guangdong. Ce geste symbolique illustre la volonté du pays d'éradiquer le commerce illicite d'espèces sauvages.

La destruction de l'ivoire confisqué par les autorités chinoises véhicule en effet un message fort : il est urgent de mettre un terme au braconnage des éléphants et au commerce illégal de l'ivoire. Ce geste montre que la Chine est sensible aux conséquences du trafic d'ivoire sur les populations d'éléphants et sur les problèmes de sécurité régionale directement liés à la criminalité faunique.

La destruction d'ivoire réalisée par la Chine a été applaudie par la communauté internationale. L'ivoire a d'ailleurs été broyé sous les yeux des représentants de la CITES (Convention internationale sur le commerce de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), de l'Organisation mondiale des douanes, de l'Ambassade des États-Unis en Chine ainsi que des associations internationales de protection de la nature telles qu'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

« Je suis vraiment ravi que le gouvernement chinois prenne part à la campagne internationale de lutte contre le trafic d'ivoire. La destruction de l'ivoire confisqué représente une étape majeure pour le pays et envoie un message fort au reste du monde », déclare Azzedine Downes, Directeur général d'IFAW, qui avait justement assisté à la récente destruction de ses stocks d'ivoire par le gouvernement américain.

« Une fois détruit, l'ivoire ne risque plus de repartir sur le marché et de continuer à inciter au braconnage d'éléphants », ajoute-t-il. « Mieux, la destruction d'ivoire à tous les échelons du trafic, des pays d'approvisionnement aux pays de destination, indique clairement aux consommateurs du monde entier que l'achat d'ivoire est à la fois immoral et illicite. »

Le braconnage des éléphants qui alimente le trafic d'ivoire a atteint des proportions inquiétantes. Rien qu'en 2013, plus de 35 000 pachydermes auraient été tués en Afrique. D'après un rapport de l'ONU, lorsque ces populations d'animaux diminuent de plus de 6 % par an, elles courent le risque de s'effondrer. Or, dans de nombreuses régions du continent africain, ce sont actuellement 11 % à 12 % de ces populations qui sont massacrées pour leur ivoire chaque année.

« Réduire la consommation d'ivoire constitue le meilleur moyen de sauver les éléphants d'Afrique », souligne Grace Ge Gabriel, Directrice régionale Asie d'IFAW. « Selon nos études d'opinion, la majorité des Chinois cesseraient de consommer de l'ivoire une fois qu'ils savent que les produits fabriqués avec ce matériau proviennent systématiquement d'éléphants morts. C'est pour cette raison que la destruction publique d'ivoire est si importante : elle envoie un message clair aux consommateurs. »

Lors d'un récent sondage de WildAid, 94 % des résidents chinois estimaient que le gouvernement devait interdire le commerce de l'ivoire pour mettre fin au braconnage des éléphants en Afrique. Dans l'ensemble, les sondages d'IFAW montrent que la principale raison qui motiverait les personnes interrogées à ne plus acheter d'ivoire serait que sa consommation devienne strictement illégale (pour 60 % d'entre elles). Cette mesure serait d'autant plus rédhibitoire si un personnage fort du gouvernement l'appuyait personnellement.

« Les sondages soulignent tous l'importance du rôle du gouvernement pour changer les habitudes des consommateurs », résume Grace Ge Gabriel. « En broyant publiquement l'ivoire saisi, le gouvernement chinois a montré sa volonté de mettre un terme au commerce illicite d'ivoire et de réduire la demande. Nous espérons maintenant que les efforts communs de la Chine et de la communauté internationale permettront de faire prendre conscience aux consommateurs de leur responsabilité légale et sociale ».

En France, le Président de la République a pour sa part annoncé le 5 décembre dernier le comptage et la destruction prochaine des stocks d'ivoire saisis ces dernières années en France. La France est ainsi devenue le premier pays européen à décider la destruction de ses stocks, emboitant le pas des Etats Unis qui ont procédé à la destruction d'une partie de leurs stocks en novembre 2013.

Post a comment

Contact presse

Céline Sissler-Bienvenu (IFAW France)
Contact phone:
+33 (0)6 17 56 10 74
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Directrice des opérations
Directrice des opérations, Fonds international pour la protection des animaux
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président de la Protection et conservation des animaux
Vice-président de la Protection et conservation des animaux
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international Criminalité en ligne liée à la faune sauvage, IFAW Royaume-Uni
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW