7e PAE : l'UE doit appliquer ses lois sur l'environnement si elle ne veut pas voir la situation empirer

Vendredi, Novembre 15, 2013
Bruxelles, Belgique

Le septième programme d'action pour l'environnement (PAE) de l'Union européenne, qui offre un « cadre d'ensemble pour la politique de l'environnement à l'horizon 2020 », a été approuvé vendredi par le Conseil de l'UE. Ce programme s'intitule « Bien vivre, dans les limites de notre planète » : un objectif admirable s'il en est, mais bien plus facile à dire qu'à faire...

« Face aux défis environnementaux actuels, nous devons agir rapidement et atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés », déclare Sonja Van Tichelen, Directrice régionale Union européenne d'IFAW. « Mais nos lois ne sont que des coquilles vides si elles ne sont pas appliquées correctement ».

De nombreux passages du 7e PAE soulignent en effet la nécessité d'améliorer la mise en œuvre des lois existantes, dont l'objectif prioritaire 4 de l'article 2 : « tirer le meilleur profit de la législation de l'Union dans le domaine de l'environnement ».

Le texte se poursuit ainsi : « l'évolution de la situation de l'environnement dans l'Union reste inquiétante à de nombreux égards, notamment à cause d'une mise en œuvre insuffisante de la législation de l'Union en vigueur dans le domaine de l'environnement ».

« Le fait que seuls 17 % des espèces et habitats évalués dans le cadre de la directive "Habitats" soient considérés en bon état dans le 7e PAE est une honte pour les Européens et leurs gouvernements », continue Mme Van Tichelen. « La pression exercée sur les espèces sauvages d'Europe et du monde entier est sans précédent. Nous devons nous assurer que les agences et organisations chargées de protéger la faune sauvage et d'appliquer la loi disposent des outils et des fonds nécessaires. »

Et le tableau dépeint n'est guère plus réjouissant pour les eaux de l'Union européenne.

« Les États côtiers de l'Union européenne devraient s'alarmer devant le retard pris par le réseau Natura 2000. Le problème est explicitement souligné dans le 7e PAE. Le statu quo actuel, avec d'un côté de bonnes intentions et de l'autre une application insuffisante des réglementations, ne peut plus durer. L'Union devrait être le chef de file de la protection environnementale, or cette image est aux antipodes de ce qui se passe réellement en Europe. »

IFAW travaille sur de nombreuses initiatives environnementales, et notamment sur la réduction du bruit causé par le transport maritime dans les eaux européennes, dont les conséquences peuvent être désastreuses pour les mammifères marins.

À l'échelle mondiale, le 7e PAE indique que l'UE a « ratifié un grand nombre d'engagements juridiquement contraignants [à l'international] » et précise que « l'Union et ses États membres doivent maintenant s'assurer que ces engagements seront appliqués au sein de l'UE et promouvoir leur mise en œuvre à l'échelle internationale. »

« L'UE est encore à la pointe de la protection de l'environnement mais elle ne sera guère écoutée si elle ne répond pas à ses propres obligations, comme celles qu'elle s'est fixées lors de la Conférence de Rio +20 », conclut Mme Van Tichelen. « IFAW va poursuivre sa collaboration avec la Commission, le Parlement et le Conseil afin d'atteindre les objectifs prévus pour 2020, au profit non seulement des Européens, mais aussi de la faune sauvage. »

Post a comment