5 raisons d'unir nos efforts pour mettre fin au marché noir d'animaux de compagnie exotiques

Le bureau IFAW Moyen-Orient et Afrique du Nord a récemment organisé un séminaire intitulé « Le commerce d'espèces sauvages aux Émirats Arabes Unis » pour promouvoir le tourisme responsable en encourageant les voyageurs à « réfléchir à deux fois » avant d'acheter des souvenirs fabriqués à partir d'espèces sauvages. Détenir des animaux sauvages en guise d'animaux de compagnie est un problème récurrent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (comme dans d'autres régions du monde) ; les nouvelles quotidiennes ou hebdomadaires rapportent des accidents, des problèmes dans les rues ou dans le voisinage causés par un animal sauvage qui s'est échappé de chez son propriétaire. 

Les lions, les guépards, les singes, les écureuils sauvages, les ratons laveurs, les perroquets (perroquets gris, aras et cacatoès) et les reptiles (crocodiles du Nil, tortues grecques, iguanes verts, pythons) font partie des espèces qui jouent fréquemment le rôle d'animaux de compagnie exotiques.     

En général, il y a toujours deux raisons pour posséder des animaux sauvages comme animaux de compagnie : démontrer la force et la puissance des propriétaires qui détiennent des animaux dangereux ; ou les mettre entre les mains d'un enfant qui, en toute innocence, les considère comme une sorte de jouet. 

Il est fréquent de voir des annonces qui proposent des animaux sauvages à vendre, surtout sur Internet. 

Si l'on examine le nombre d'annonces portant sur des animaux exotiques à vendre, nous pouvons clairement comprendre les conséquences du maintien de ces animaux en captivité. 

Voici la traduction d'une annonce récemment publiée sur Internet, sur un forum dont nous tairons le nom : 

Chers visiteurs du forum :

Je vous propose aujourd'hui un lion en bonne santé et qui ne souffre d'aucune maladie. Il a un an et deux mois. Il est bien sûr parfaitement apprivoisé, particulièrement avec les enfants. Il a subi une opération pour lui retirer ses griffes. 

Le prix sera fixé après négociations, et j'espère que cette affaire sera traitée avec sérieux. 

Merci.

Pour me joindre :

Téléphone : !! !! !! !! !!

Blackberry Whats up : !! !! !! !! !!

 

Parmi les différents mensonges que comporte cette offre, vous pouvez remarquer l'affirmation trompeuse selon laquelle un enfant serait en sécurité avec un lion de 14 mois, ou le fait que le vendeur certifie que l'animal ne souffre d'aucune maladie.

C'est le genre de transaction du marché noir que combat actuellement le bureau Moyen-Orient/Afrique du Nord du Fonds international pour la protection des animaux, ainsi que toute notre organisation. De nombreux objets peuvent être mis en vente via Internet, y compris des animaux sauvages, en particulier sur les forums du « dark web » (web sombre ou partie obscure du web invisible).

Pour traiter la question des animaux de compagnie exotiques, nous devons analyser les conséquences de ce problème en profondeur, et ne pas simplement considérer qu'il est dangereux de posséder des animaux sauvages.

Il y a au moins cinq raisons d'interdire la possession d'animaux sauvages comme animaux de compagnie, la première étant le bien-être de l'animal. 

1. Le bien-être de l'animal

L'ensemble de la chaîne – depuis le moment où l'animal sauvage est arraché à son habitat naturel en utilisant des méthodes brutales, transporté par bateau pendant des heures, ou peut-être des jours, dans des conditions inappropriées, puis exhibé dans la cage d'un magasin, jusqu'au moment où il rejoint les mains de son nouveau propriétaire qui désire posséder une créature différente pour le plaisir – porte gravement atteinte au bien-être des animaux.

Même si l'animal survit, il n'a aucune chance de profiter d'un habitat naturel en captivité. Dans bien des cas, le nouveau propriétaire va se lasser de cet animal (surtout si c'est un enfant) et peut l'abandonner à lui-même, sans eau ni nourriture ; il finira alors par mourir d'une manière lente et douloureuse. 

2. La survie des espèces

La deuxième raison est que cela menace la survie des espèces. Il ne fait aucun doute que la surexploitation permanente des animaux sauvages, arrachés à la nature par les êtres humains, conduit à l'extinction de certaines espèces. Cela arrive à de nombreuses espèces d'oiseaux, de mammifères, de reptiles et même d'amphibiens. 

3. Des problèmes de sécurité dus à un comportement imprévisible

De plus, les animaux sauvages resteront toujours sauvages ; même nés en captivité et apprivoisés, ils ne deviendront jamais des animaux domestiques, et personne ne sera capable de prévoir leur comportement. Lorsque ces animaux sont sous l'emprise de la peur, la faim, la douleur ou toute autre source de stress, ils peuvent attaquer pour se défendre. 

4. Le risque de maladie

Ces tortues terrestres gravement menacées – des tortues étoilées, des tortues pyxides arachnoïdes et des tortues à soc – ont été arrachées illégalement à leur habitat naturel et étaient en route pour être vendues sur les marchés en Chine quand elles ont été interceptées par les douaniers à l'aéroport international de Kuala Lumpur en Malaisie. Ces tortues terrestres sont des spécimens rares qui atteignent plusieurs milliers de dollars en tant qu'animaux exotiques. Heureusement, elles sont rentrées chez elle à Madagascar.

Quatrièmement, il y a des centaines de maladies communes aux humains et aux animaux sauvages. Surtout chez les primates qui ont presque les mêmes caractéristiques anatomiques et physiologiques que les humains. L'une des stratégies des microbes pour proliférer est de vivre dans un hôte, comme un animal de la famille des primates, sans lui nuire, et de l'utiliser pour gagner d'autres hôtes comme les êtres humains.

Les chauves-souris, les singes, les ratons laveurs, les renards, les mouffettes, les loups, les coyotes et les mangoustes peuvent transmettre la rage, les reptiles la salmonellose, les oiseaux la grippe aviaire, et ainsi de suite. Des animaux sauvages en bonne santé peuvent donc présenter un danger pour leur propriétaire et servir d'hôte à ces maladies.  

5. La biodiversité locale menacée par les animaux qui s'échappent 

Enfin, de nombreuses espèces importées comme animaux exotiques arrivent à s'échapper de la maison de leur propriétaire et menacent alors la biodiversité locale de leur nouvel environnement.

Les pythons birmans et les perruches à collier ne sont que quelques exemples d'animaux introduits dans de nouveaux habitats par le commerce d'animaux exotiques. Les espèces exotiques envahissantes ont de multiples influences sur leur nouvel environnement, provoquant des effets néfastes sur l'écosystème et même l'extinction d'autres espèces indigènes. 

Le bureau IFAW Moyen-Orient/Afrique du Nord prévoit de travailler avec différents organismes gouvernementaux de la région, afin de surveiller le marché sur Internet qui met en vente des animaux sauvages pour servir d'animaux de compagnie exotiques, et proposer une solution pour lutter contre l'utilisation d'animaux sauvages comme animaux domestiques.

Nous avons également l'intention de tout mettre en œuvre pour sensibiliser le public aux risques que représente pour les enfants la possession d'un animal sauvage. 

Elsayed Mohamed

Pour plus d’informations sur nos efforts pour lutter contre le trafic illicite d'espèces sauvages sur Internet, rendez-vous sur la page Internet de notre campagne.

IFAW informe également les consommateurs et les voyageurs des conséquences de leurs achats sur les populations fragiles d'animaux sauvages. Consultez notre page répertoriant les souvenirs illégaux fabriqués à partir d'espèces sauvages, afin de vous aider à les identifier.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages
Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Tania McCrea-Steele, Responsable des campagnes et du respect de l'application de
Responsable des campagnes et du respect de l'application des lois, IFAW Royaume-Uni
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW