1,5 tonne d'ivoire saisie au Kenya deux jours après l'engagement pris par Barack Obama contre le trafic d'espèces sauvages

Vendredi, Juillet 5, 2013
Le Cap, Afrique du Sud

Deux jours après l'engagement pris par Barack Obama de renforcer les mesures répressives contre le commerce illégal d'espèces sauvages, la saisie d'environ 1,5 tonne d'ivoire à Mombasa, au Kenya, confirme le besoin urgent de lutter contre ce fléau mondial.

 

L'ivoire saisi, composé à la fois d'ivoire brut et d'ivoire sculpté, a été retrouvé caché dans un conteneur censé renfermer du poisson séché. Les autorités kenyanes ont affirmé que la cargaison interceptée dans le port de Mombasa, au Kenya, venait d'Ouganda et faisait route vers la Malaisie.

 

L'Afrique de l'Est est connue pour être une source et un lieu de transit pour le commerce illégal de l'ivoire. Cette nouvelle saisie porte à plus de 5 tonnes la quantité d'ivoire impliquant le Kenya interceptée depuis le début de l'année. En janvier 2013, environ 3,5 tonnes d'ivoire avaient été saisies (2 tonnes dans le port de Mombasa et 1 tonne découverte à Hong Kong en provenance de Mombasa). En mai dernier, les autorités de Dubaï avaient saisi 259 défenses d'éléphants cachées dans un conteneur arrivant lui aussi du port kenyan.

 

« Le massacre des éléphants pour leur ivoire est un fléau international », déclare James Isiche, Directeur Afrique de l'Est d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Intervenant quelques jours à peine après les déclarations de Barack Obama, cette nouvelle saisie montre combien il est nécessaire et urgent que la communauté internationale prenne des mesures pour lutter contre le commerce illégal d'espèces sauvages. »

 

Lundi, le président américain a rendu publique sa volonté de renforcer l'engagement de son pays dans le combat contre le commerce illégal de la faune sauvage, lors de sa visite en Tanzanie, dernière des trois étapes de sa tournée africaine. L'an passé, IFAW tirait déjà la sonnette d'alarme quant à la réputation grandissante de l'Afrique de l'Est, et en particulier du Kenya et de la Tanzanie, en tant que point de passage privilégié pour les grandes cargaisons d'ivoire illégal.

 

« On dénombre de plus en plus de cas de braconnage d'éléphants au Kenya et il est clair que le pays constitue une zone de plus en plus empruntée par les trafiquants », explique James Isiche.

 

« L'engagement pris par le président Obama vient soutenir la position intransigeante déjà adoptée par le président kényan Uhuru Kenyatta vis-à-vis de ce problème. Cela laisse espérer la mise en place d'une véritable répression à l'encontre de ceux qui abattent des éléphants pour alimenter le commerce de l'ivoire. »

 

« Les éléphants n'avaient pas été aussi gravement menacés depuis longtemps, cela ne fait aucun doute. Les trafiquants d'ivoire sont responsables du massacre de 25 000 à 50 000 éléphants rien que pour l'année 2011, et bien plus encore en 2012. Si nous voulons réussir à vaincre ces organisations criminelles, il faut que l'ensemble des forces de l'ordre agissent de façon coordonnée, à l'échelle internationale. » préconise James Isiche.

 

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, et en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que produit d'investissement. La quantité limitée d'ivoire légal achetée par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, alimenté la demande, encourageant ainsi le commerce illicite de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

 

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce massacre, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces sauvages dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. Récemment, IFAW a également conclu un partenariat avec INTERPOL, le tout premier entre une ONG et le programme de lutte contre la criminalité environnementale de cette organisation. Depuis 2005, IFAW collabore avec INTERPOL sur de nombreux projets, parmi lesquels la plus grosse opération de lutte contre le trafic illégal d'ivoire jamais menée par INTERPOL, qui a eu lieu dans le courant de l'année 2012.

 

Pour en savoir plus sur le commerce illégal de l'ivoire, téléchargez le magazine numérique d'IFAW Unveiling the Ivory Trade (Révélations sur le commerce de l'ivoire).

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Afrique australe)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:
Céline Sissler-Bienvenu (IFAW France et Afrique francophone)
Contact portable :
+33 6 17 56 10 74
Contact email:

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW