Touché à la tête par un tir de braconniers, un tigreau rejoint les trois orphelins en convalescence au centre russe

Yarik

Il y a deux mois, un tigreau blessé à la tête a été admis au Centre pour tigres PRNCO, soutenu par IFAW. Nous étions peu optimistes pour sa survie.

Les habitants du district de Pozharskiy, dans le kraï du Primorié, ont signalé aux autorités qu’ils avaient découvert un tigre. Aussitôt après, des spécialistes du département d’inspection de la chasse et une équipe du centre pour tigres PRNCO dirigée par Viktor Kuzmenko sont partis à sa rescousse.

Si sa mère et ses proches étaient sains et saufs, le tigreau âgé de sept mois a quant à lui été transféré au centre pour y être soigné. Lorsque nous avons enlevé le tigreau, sa mère est venue sur place pour chercher son bébé.

La police et les fonctionnaires du département d’inspection de la chasse ont immédiatement entamé des recherches pour retrouver les braconniers suspectés.

Après avoir reçu des soins vétérinaires, le tigreau a été placé en quarantaine. On l’a d’abord baptisé Kutuzov, puis Yarik, en respectant la tradition qui veut que l’on baptise les animaux d’après leur région d’origine.

Dès le troisième jour, il a commencé à boire du lait, puis au cinquième jour il a retrouvé certains de ces comportements naturels. Il s’est notamment mis à faire sa toilette et grognait dès que l’on s’approchait de trop près.

Quelques temps après, il est parvenu à rouvrir son œil droit blessé.

Il a peu à peu retrouvé l’appétit et recouvré tous ses réflexes.

« Il mangeait tout ce qu’on lui apportait avec une telle voracité qu’il en cassait les gamelles et déchirait le linge », selon M. Kuzmenko. « Je n’ai jamais été aussi heureux devant autant de vaisselle cassée ! »

Les vétérinaires sont désormais sûrs que le tigreau a complètement recouvré la vue, et ses chances de retourner à la vie sauvage augmentent de jour en jour.

Comme le petit était en quarantaine, les autres pensionnaires Vladik et Filippa ne pouvaient pas encore faire la connaissance de leur nouveau voisin, même s’ils pouvaient l’entendre.

Une autre tigresse, qui avait été admise au centre en décembre en provenance du district de Lazovsky, dans le kraï du Primorié (d’où son nom Lazovka), était sa voisine directe.

Elle a déjà commencé à retrouver son instinct de chasseuse dans son processus de réhabilitation.

Elle interagit d’ailleurs avec Filippa et Vladik, ses confrères plus âgés. Même s’ils ne peuvent se voir qu’à travers la grille de leur enclos, cette interaction sociale est fondamentale pour leur développement. Là où les enclos se touchent, on remarque parfois des espaces où la neige a fondu. Ces traces correspondent aux endroits où les tigres se sont reposés, ce qui veut dire qu’ils passent beaucoup de temps à s’observer mutuellement. Comme à leur habitude, ils communiquent de préférence à la tombée de la nuit.

Lors de son dernier examen vétérinaire, Pohzarik a passé une radiographie et s’est fait retirer des points de suture. D’après les radios, les os du crâne endommagés se rétablissent correctement. Quant à ses dents de lait, elles seront bientôt remplacées par d’autres dents, ce qui est tout à fait normal pour un tigre de son âge.

Après l’examen, le tigreau a été placé dans un enclos où Lazovka, Filippa et Vladik peuvent désormais l’observer à leur guise.

Le personnel du Centre pour tigres PRNCO tient à remercier sincèrement les vétérinaires Mikhail Alshinetsky et John Lewis ainsi que ses partenaires pour le soutien constant dont ils ont fait preuve dans la prise en charge du tigreau blessé.

Ekaterina Blidchenko

Le suivi des tigres réhabilités et remis en liberté est réalisé par le Centre pour tigres PRNCO, le Département d’inspection de la chasse de la région autonome juive, l’Institut d’écologie et de l’évolution de l’Académie russe des sciences, la Wildlife Conservation Society (WCS) et le personnel des réserves naturelles de Bastak et de Khingansky, avec le soutien de la fondation « Phoenix » et d’IFAW.

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Katie Moore, Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Loïs Lelanchon, Chargé du programme Sauvetage des animaux
Chargé du programme Sauvetage des animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW