Reykjavík, en Islande, vote en faveur de l’interdiction de la chasse à la baleine dans la baie de Faxaflói

Le travail conjoint d’IFAW et d’Icewhale a permis d’inciter les Islandais à refuser la cruauté de la chasse à la baleine. Le 16 décembre dernier était un jour comme un autre au conseil municipal de Reykjavík. La minorité a critiqué la majorité au pouvoir sur un certain nombre de sujets lors de l’assemblée, puis a voté contre elle et a finalement perdu. Un sujet a cependant réussi à faire l’unanimité, profitant d’un traitement bien différent que d’ordinaire.

Les délégués des six partis représentés dans le conseil ont ainsi décidé de formuler ensemble une résolution afin d’inciter le ministère des Pêches à élargir le sanctuaire des baleines de la baie de Faxaflói, en bordure de Reykjavík.

En Islande, la chasse à la baleine a repris en 2003, après une interruption de 13 ans. Depuis lors, les baleines de Minke sont presque exclusivement chassées dans la baie de Faxaflói, et 80 % d’entre elles sont capturées à la limite de la zone officielle d’observation des baleines. Cette situation épineuse n’a pas manqué de faire monter la tension entre les opérateurs spécialisés dans l’observation des cétacés et les partisans, peu nombreux mais influents et zélés, de la chasse à la baleine.

Au printemps 2013, Steingrímur J. Sigfússon, ministre des Pêches de l’époque, avait décidé d’agrandir, assez modestement certes, la zone d’observation des baleines. Les pêcheurs s’étaient aussitôt alarmés d’une telle mesure, annonçant la mort du marché de la baleine de Minke.

Le ministre actuel, Sigurður I. Jóhannsson, rallié à la cause des chasseurs de baleines, avait fait du retour à l’ancienne zone d’observation des cétacés l’une de ses priorités.

Traditionnellement, le Parti du progrès, de centre-droit, et le Parti de l’indépendance, plus à droite, soutiennent la chasse à la baleine, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, du moins pas à Reykjavík.

La semaine dernière, tous les partis, au-delà des clivages politiques, ont voté en faveur de la résolution appelant à l’élargissement du sanctuaire baleinier, se prononçant ainsi pour l’arrêt de la chasse à la baleine dans la baie de Faxaflói.

Seul un membre du conseil municipal s’est abstenu de voter, mais aucun ne s’est prononcé contre.

Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour les baleines et pour le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), qui milite en Islande depuis plus de 11 ans afin de mettre fin à cette chasse cruelle et inutile.

Ce résultat encourageant a été rendu possible grâce à l’étroite coopération entre différents intervenants islandais, notamment l’Icelandic Tourism Association et Icewhale (l’association des opérateurs touristiques d’observation des baleines islandaises), et au soutien de responsables politiques ouverts.

Malheureusement, c’est au ministère des Pêches, et non à la ville de Reykjavík, que revient la décision d’autoriser ou non la chasse à la baleine dans la baie située à proximité de la capitale la plus septentrionale du monde. Cette prise de position interpartis devrait toutefois inciter le ministère et le gouvernement à réexaminer la situation.

Rien qu’à Reykjavík, plus de 100 000 touristes viennent admirer les baleines chaque année, faisant ainsi de l’observation des cétacés la principale activité touristique de la ville.

Cette réalité ne peut désormais plus être ignorée.

Le solide partenariat noué entre IFAW et Icewhale s’est traduit par de nombreuses actions, notamment la campagne « Meet Us Don't Eat Us » (Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas) et l’essor des restaurants « whale friendly » ne servant pas de viande de baleine. Cette collaboration fructueuse nous a permis d’ouvrir les yeux aux Islandais sur la nécessité de changement et d’informer les touristes sur l’importance de préférer l’observation responsable des baleines à une activité cruelle qui n’a plus sa place au XXIe siècle. 

Sigursteinn Masson

Découvrez tout sur la campagne d’IFAW « Meet Us Don’t Eat Us » ici.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Sonja Van Tichelen, Vice-présidente des Opérations internationales
Vice-présidente des Opérations internationales
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage