De la nécessité de traduire les trafiquants de pangolin en justice en Afrique

Des trafiquants de pangolin pris en flagrant délit de fraude par une caméra cachée, juste avant leur arrestation.Des pangolins de tous âges sont massacrés pour leur viande, leurs écailles et leurs griffes, utilisées comme ingrédients pour concocter des plats gastronomiques et des remèdes traditionnels chinois. Les pangolins sont victimes du trafic international d’espèces sauvages par centaines de milliers.

Des enquêteurs en matière de criminalité liée aux espèces sauvages, formés et soutenus par IFAW au Malawi et en Zambie travaillent sans relâche pour combattre le trafic de pangolins et d’autres espèces sauvages, quelle que soit leur taille. Nos agents sont constamment occupés à mener des enquêtes secrètes pour arrêter les trafiquants de faune sauvage et sauver ces animaux sans défense.

À la fin du mois d’octobre, l’Unité d’investigation et de renseignement d’IFAW a sauvé un pangolin qu’un trafiquant tentait de vendre. Une saisie que nous célébrons comme une réussite.

Lorsque ma fille Shannon a posé la boule d’écailles sur le sol, le nom de Pinecone (en français, « pomme de pin ») lui est aussitôt venu à l’esprit. Ce nom lui semblait parfaitement correspondre, tant cet animal unique y ressemble.

Shannon avec "Pinecone".

Pinecone est resté immobile pendant un certain temps jusqu’à ce qu’il finisse par déployer timidement sa fine tête, révélant des pattes tremblotantes. Il a d’abord ouvert un œil et a observé Shannon pendant quelques secondes avant de se rouler à nouveau en boule. La vulnérabilité de cet animal si singulier était très touchante. Il était là, roulé en boule sur la table, vulnérable et résigné. J’ai frémi à l’idée de voir cet animal sans défense tomber entre les mains de trafiquants sans cœur.

Nous avons saisi assez de pangolins des mains de trafiquants pour savoir que ces animaux meurent bien souvent du fait de la négligence de leurs malfaiteurs, qui n’ont aucun scrupule à laisser l’animal mourir de faim et de déshydratation pendant qu’ils concluent des marchés. Tout cela sans compter les conditions de transport cruelles et inhumaines dont ils sont victimes. Pinecone, par exemple, avait été jeté dans un sac de maïs mouillé pour que les trafiquants puissent passer inaperçus aux yeux des autorités. Il était donc couvert d’une croûte de maïs mouillé qui le faisait greloter de froid.

Croyez-moi, cela aurait pu être bien pire. Généralement, les pangolins sont attachés et serrés contre deux planches, qui écrasent complètement le pauvre animal et l’empêchent de se rouler en boule pour un minimum de confort et de protection.

En se retournant vers l’animal, Shannon a senti une grande admiration à son égard. Tout animal qui endure de telles souffrances mérite de s’en sortir. Quant à moi, une question commençait à me préoccuper : Pinecone ne semblait pas vouloir sortir de sa paralysie. Et même s’il devait avoir terriblement soif, il ne montrait aucune intention de se rapprocher de son abreuvoir.

Lorsque Shannon s’est rendu compte que Pinecone avait besoin de soins vétérinaires, elle l’a aussitôt confié à l’un de nos agents pour qu’il le conduise à la clinique la plus proche. Hélas, il était déjà trop tard. Pinecone est mort en chemin.

Malgré toute la tristesse que nous cause son décès, nous n’abandonnerons pas les pangolins pour autant. Nous refusons d’accepter que ces animaux absolument uniques et fabuleux soient voués à disparaître à cause de la cruauté humaine, de nos superstitions et de notre avarice. Si les pangolins ne peuvent pas se protéger par eux-mêmes, il est de notre devoir de leur épargner le sort tragique que les criminels leur réservent.

Plusieurs réussites nous permettent de garder espoir. IFAW, en partenariat avec le gouvernement et d’autres organisations non-gouvernementales telles que Lilongwe Wildlife Trust, Conservation South Luangwa et Game Rangers International, ont notamment contribué à l’arrestation de dizaines de criminels et ont fait feu de tout bois pour qu’ils soient traduits en justice en 2016 et répondent ainsi de leurs crimes envers les pangolins.

Par ailleurs, plusieurs pangolins sont parvenus à survivre grâce à nos interventions et ont été remis en liberté dans le parc national de Kasungu, comme ce petit chanceux que nous avons pris en photo.

Un pangolin tiré des griffes des trafiquants et remis en liberté dans le parc national de Kasungu.

Pour veiller à ce que ces ignobles malfaiteurs soient traqués, détenus, poursuivis en justice et punis pour leurs crimes, je dois pour ma part redoubler d’attention, d’énergie et d’analyse, tout comme les enquêteurs et les rangers d’élite que soutient IFAW.

Malgré nos réussites juridiques cette année, les procédures judiciaires peuvent s’avérer très lentes et sont souvent freinées par des individus corrompus. Pour preuve, 18 procès contre des trafiquants de pangolin sont actuellement en attente depuis août 2016, et je tiens personnellement à ce que tous ces criminels sans scrupules soient punis pour leurs actes.

Un trafiquant détenu et un pangolin rescapé.

Si nous ne parvenons pas à juguler comme il se doit le fléau du braconnage et du trafic d’espèces sauvages, tous les pangolins seront condamnés à disparaître d’ici peu. Nous nous devons de protéger le pangolin, non seulement parce qu’il joue un rôle dans l’équilibre écologique de nos systèmes naturels, mais aussi pour une raison d’ordre moral, car il serait fondamentalement injuste de permettre que ces créatures douces et dociles soient anéanties pour le bon plaisir de trafiquants aussi cruels qu’avares.

Mike Labuschagne

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique