Caspar, le chien de Bosnie, trouve l’amour et se met au service de sa communauté d'adoption en Allemagne

Caspar

La chose la plus adorable chez Caspar, c’est sa façon de grogner comme un cochon quand il marque son territoire dans les buissons du voisin.

Caspar faisait partie d’un groupe de 65 chiens qu’IFAW a secourus à la fin de l’année dernière en Bosnie et qui ont trouvé de nouveaux foyers en Allemagne grâce à l’aide de notre merveilleuse organisation partenaire, la Streunerglück. IFAW aide plusieurs villes de Bosnie à mieux gérer leurs populations de chiens errants afin d’améliorer la qualité de vie des animaux et des habitants.

Dans l’une de ces villes, la municipalité nous a demandé notre aide afin de fermer un refuge sordide où les chiens vivaient dans des niches décrépites et boueuses. Pour toute nourriture, ils ne recevaient que du pain rassis des boulangeries et parfois un os du boucher du village. Attachés à une chaîne, ils ne connaissaient rien d’autre que cet univers misérable.

Caspar est un chien beau et robuste aux oreilles tombantes, aux sourcils bruns et aux yeux intelligents. Sa queue remue avec grâce quand il est content et se rigidifie dès qu’il se sent défié. La longue et large cicatrice sur son dos et ses épaules témoigne de son passé violent.

Malgré ses traumatismes, Caspar nous a donné une deuxième chance de lui prouver que les hommes peuvent être bons, comme la plupart de ses compagnons d’infortune.

J’ai appris à connaître et à aimer Caspar pendant les trois semaines où je me suis occupée de lui dans un refuge de quarantaine à la frontière bosnienne, avant son transfert vers l’Allemagne. Remplissant son rôle biologique, il était peureux des chiens mâles mais adorable avec tous les autres.

Il partageait une cage avec une vieille femelle baptisée Ina, dont il ne volait jamais la nourriture et contre laquelle il dormait paisiblement. Je l’ai promené avec des portées de chiots afin qu’il leur apprenne les bonnes manières. Il s’est montré patient et imperturbable, même quand ils lui mordillaient les oreilles et lui léchaient la truffe avec malice.

Marquer son territoire était une priorité qu’il prenait très au sérieux lors de nos promenades à l’extérieur du refuge.

Les haies, les arbres et les clôtures, et même une poule, ont eu l’honneur de ses reniflements de cochon et de ses jets d’urine alors qu’il prenait des nouvelles olfactives du voisinage. Je riais aux éclats chaque jour avant même que nous ayons atteint la sortie du refuge au son si particulier de ses grognements.

Les chiots aussi se faisaient asperger quand ils passaient la tête sous Caspar pour voir ce qu’il s’y passait de si intéressant.

Il est arrivé que les démons de son passé reprennent le dessus sur sa nature complaisante. Je conserve une profonde cicatrice à la jambe de la fois où j’ai dû le séparer d’un autre mâle qui avait accidentellement réussi à se défaire de sa laisse, et Caspar m’a violemment attaquée car je m’étais interposée entre lui et sa cible.

Mes collègues de Streunerglück ont fait le nécessaire pour trouver à Caspar une famille d’adoption expérimentée et qui n’avait, par mesure de précaution, pas d’enfants.

Streunerglück a fait des merveilles et Caspar vit maintenant avec Barbro et Mathias F. et leur chienne Tara.

Barbro a été un peu choquée la première fois qu’elle l’a vu. Sa gueule carrée lui donnait un air de pitbull et son caractère bien trempé la déstabilisait passablement. « Il m’a presque rendue folle », admet-elle. Mais, avec Mathias, ils ont fini par aimer Caspar tout autant que moi et ont décidé de le garder dans la famille.

Barbro et Mathias ont fait appel à un éducateur canin pour les aider à comprendre les peurs et les motivations de Caspar et pour mieux y répondre.

Bien que Barbro et Mathias aient accompli un travail remarquable, c’est en réalité avec Tara que Caspar a fait le plus de progrès, et c’est en elle qu’il a trouvé l’amour de sa vie.

Tara avait elle aussi été adoptée par l’intermédiaire de Streunerglück. Elle avait souffert ses propres tourments et s’était adaptée à une vie où la peur et le désespoir n’avaient plus leur place. Elle lui a appris à jouer et à bien se comporter à la maison, mais aussi à partager et à faire confiance.

 « Je n’arrive pas à savoir s’il est mignon, dominant ou les deux à la fois », écrit pensivement Barbro à propos d’un cliché figurant Caspar, dont la patte est placée délicatement au-dessus de celle de Tara. « Ils se sont apprivoisés l’un l’autre. »

Caspar a pris confiance en lui et son tempérament s’est adouci en conséquence. Il a appris à se détendre et à laisser faire les autres. Quand Caspar est arrivé, Barbro lui a laissé un panier douillet dans un espace privé où il pourrait se réfugier s’il avait besoin de solitude.

Il l’a utilisé fréquemment au cours des premières semaines, mais il l’avait déserté pour de bon avant Noël et Barbro l’a retiré. Il avait finalement accepté sa nouvelle famille.

Il y a quelques jours, Barbro nous a raconté une histoire qui illustre toute la bonté du cœur de Caspar, qu’il dissimule parfois sous une épaisse carapace.

« Ma mère a été placée dans une maison de retraite il y a quelques mois », écrit Barbro. « Je lui rends souvent visite avec Caspar. Quand nous arrivons, le puissant chien effronté que nous connaissons se transforme en nounours au contact de ces personnes âgées, parfois tristes et repliées sur elles-mêmes. »

« Il illumine tous ces visages d’un sourire qui me fait chaud au cœur. Il ne semble pas du tout contrarié quand on le caresse maladroitement, chose qu’il abhorre pourtant à la maison. »

J’aime présenter Caspar aux retraités et leur parler de son histoire. Beaucoup d’entre eux ont eu des chiens au cours de leur vie.

Il y a deux jours, il s’est approché d’un homme en fauteuil roulant qui semblait abandonné dans le couloir. L’homme était très vieux et ses mains étaient paralysées par la goutte. Caspar a placé sa tête sur ses cuisses et a gentiment remué la queue.

L’homme était d’abord réticent et a ignoré Caspar. Il m’a dit qu’il n’avait jamais eu de chien, mais qu’il avait toujours voulu en nourrir un. Quand je lui ai dit que j’avais des friandises sur moi et qu’il pouvait le nourrir, il a accepté.

J’ai délicatement placé quelques friandises dans la main de cet homme. Caspar m’a regardée puis s’est dressé sur ses pattes arrière. J’ignorais totalement qu’il savait faire le beau ! Doux comme un agneau, il a picoré les friandises dans la main du vieil homme. Celui-ci était radieux. »

 « Cette anecdote s’est passée il y a deux jours, et rien qu’en y repensant j’ai de nouveau les larmes aux yeux. Je ne lui ai jamais appris à faire tout ça. C’est venu de lui. Mon seul rôle et privilège a été de pouvoir l’observer et de rapporter son histoire. »

 « Quand Caspar rentre de la maison de retraite, il dort pendant des heures et des heures. Les mots ne pourront jamais totalement retranscrire la métamorphose de Caspar, qui de brute rebelle et attachante est passé à un être sensible, attentionné et profondément empathique en présence de ces personnes âgées. »

Caspar a vécu bien des choses difficiles avant que nous n’ayons la chance de le connaître. Il s’est endurci dans un monde de violence, où la nourriture était rare et l’amour absent.

Mais sous sa carapace, tout au fond de lui, il a conservé son plus précieux trésor : l’empathie.

Barbro, Mathias et Tara, avec l’aide de Streunerglück et d’IFAW, ont changé son monde. À présent, Caspar partage son trésor avec les personnes âgées et les démunis pour transformer leur quotidien à son tour.

Kati Loeffler

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Katie Moore, Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Loïs Lelanchon, Chargé du programme Sauvetage des animaux
Chargé du programme Sauvetage des animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie