Bonne nouvelle : le Royaume-Uni se dirige vers une interdiction totale de l'ivoire !

Il semblerait que l'interdiction totale de l'ivoire au Royaume-Uni va enfin devenir une réalité

L'annonce, aujourd'hui, de la mise en place d'une consultation sur l'interdiction de l'ivoire par le gouvernement britannique est une excellente nouvelle.

Cela fait plusieurs années que nous demandons l'interdiction et cette proposition en faveur d'une interdiction totale avec seulement quelques exceptions très limitées va permettre de fermer les marchés une bonne fois pour toutes. C'est une belle réussite.

Plus de 20 000 éléphants sont massacrés chaque année pour leur ivoire. Nous espérons que cette interdiction fera passer un message clair dans le monde entier : le Royaume-Uni ne veut plus prendre part à ce commerce. Nous espérons aussi que cela encouragera d'autres pays à fermer leurs marchés de l'ivoire. Comme l'a déclaré hier soir le secrétaire d'État à l'Environnement, Michael Gove, le massacre des éléphants est « une honte pour notre génération ».

Le commerce d'ivoire sous la forme d'antiquités est autorisé au Royaume-Uni et fait l'objet d'exportation, créant une envie et nourrissant la demande pour des produits en ivoire. Ce commerce offre également une couverture pour le trafic. Le mois dernier, nous avons publié un rapport sur les saisies d'ivoire en Europe, qui montrait l'étendue du commerce illégal.

La demande internationale pour ce produit a conduit à la mort de plus de 100 000 éléphants en trois ans. Le Great Elephant Census (recensement de la population d'éléphants en Afrique) a révélé que certains pays ont vu leur population d'éléphants chuter de plus de 60 % en seulement sept ans.

Cette annonce est donc une excellente nouvelle pour les pachydermes. Il est nécessaire que la législation contienne certaines exceptions très précises dans des domaines comme celui des instruments de musique ou des pièces de musée. Cependant, nous devons nous assurer que ces protections en faveur d'objets culturellement importants ne créent pas de brèches.

Cette nouvelle loi doit entrer en vigueur et être appliquée par les forces de police et les agents aux frontières. L'interprétation doit en être facile et sans équivoque afin de ne pas laisser de flou permettant une poursuite du commerce d'ivoire.

Cette évolution repose sur les efforts concertés de citoyens dévoués et de membres de groupes de pression, qui ont travaillé en interne. Au cours de la dernière année, il y a eu deux débats au Parlement portant sur l'ivoire. IFAW a également invité des parlementaires lors de deux réceptions et a organisé des centaines de rencontres en tête à tête avec des membres de la classe politique (dont Michael Gove) afin de les convaincre de se joindre à nous. Plus de 100 000 personnes ont signé une pétition en ligne destinée au gouvernement et des milliers de nos sympathisants ont contacté les dirigeants à ce sujet. Bien sûr, d'autres ONG et organisations de conservation ont également participé à la campagne.

Pour ceux qui se posent la question, l'interdiction porte sur l'achat et la vente d'ivoire, mais n'exige pas la destruction de l'ivoire existant.

Désormais, il faut que le gouvernement agisse vite. Dans un sondage mené par IFAW, 97 % des membres du Parlement sont favorables à l'interdiction. Il y a actuellement une véritable dynamique avec en plus la tenue de la Illegal Wildlife Trade Conference (conférence sur le commerce illégal de la faune sauvage) à Londres en 2018. C'est donc le moment pour mettre en place rapidement cette loi.

Et après ? La consultation par le gouvernement va durer trois mois et il est important que le plus de personnes possible répondent en faveur de l'interdiction totale avec quelques exceptions mineures. Très rapidement, nous expliquerons à nos sympathisants anglais comment participer.

Nous tenons à féliciter le gouvernement pour cette avancée qui va dans le sens de sa promesse de combattre le commerce d'ivoire. Nous espérons vraiment que cette proposition va rapidement devenir une loi afin d'aider à sauver les éléphants. Et nous tenons également à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont participé à cette campagne jusqu'à maintenant. C'est grâce à vos actions que tout ceci arrive !

David Cowdrey

 

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW