IFAW forme les autorités Congolaises de la faune sauvage au combat contre le braconnage des éléphants dans la parc national d’Odzala-Kokoua

Vendredi, Mars 18, 2011
Reims
Aujourd’hui se termine une formation de lutte anti-braconnage de deux mois conduite par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) dans le parc national d’Odzala-Kokoua, au Nord Est du Congo.

Vingt cinq participants parmi lesquels le Conservateur du parc et ses 3 assistants ont été formés par 2 instructeurs français de l’APB (Association pour la Protection de la Biosphère), experts en stratégie anti-braconnage. Cette formation s’inscrit dans l’accord d’IFAW avec le Ministère du Développement Durable, de l’Economie Forestière et de l’Environnement du Congo.

“En plus de cette formation, IFAW fournira aussi l’équipement tel que les uniformes pour tous les rangers du parc et les radios de communication aux stagiaires très motivés et compétents mais sévèrement dépourvus de moyens dans leur lutte pour mettre fin au commerce international de l’ivoire, cruel et destructeur ” ajoute Céline Sissler-Bienvenu, experte d’IFAW en lutte anti-braconnage .

Le parc national d’Odzala-Kokoua connaît une pression sévère en raison du braconnage des éléphants. Sur les 13 000 éléphants de forêt qui vivent dans le parc, environ 100 sont tués chaque année par les braconniers, la plupart étant des chasseurs professionnels. Alors que la viande d’éléphant, considérée comme un met raffiné en Afrique centrale, est acheminée vers les marchés des villes congolaises, l’ivoire des éléphants est exporté vers l’Asie, l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, après avoir transité par le Gabon et le Congo afin d’alimenter ce commerce illégal.

Le braconnage des éléphants et la possession d’armes militaires et de munitions sont constatés presque tous les mois à Mbomo, une localité située aux abords du parc. Dans un parc vaste de plus de 13 000 km², la faune sauvage d’Odzala Kokoua est protégée par 68 rangers seulement.

« La lutte anti-braconnage reste une préoccupation de l'Administration forestière afin de sécuriser les ressources fauniques et permettre la valorisation de ces écosystèmes par l'écotourisme. Mais, la conservation a un grand coût que le Congo ne peut seul supporter », précise le Professeur N’Zala, Directeur général de l’Economie Forestière du Congo. « L'appui multiforme de la Communauté internationale est sollicité, c’est pourquoi  nous apprécions énormément l'appui d'IFAW dans le renforcement des capacités des écogardes du Parc National d'Odzala Kokoua. »

La forêt tropicale d’Odzala-Kokoua est un site classé au Patrimoine mondial de l’humanité et constitue la deuxième plus vaste aire protégée d’Afrique Centrale. Le parc est le dernier abri forestier des lions et des hyènes tachetées. Par ailleurs, une population dense de gorilles des plaines y vit aussi.

La formation prend fin aujourd’hui. IFAW a organisé une formation similaire l’année dernière dans le parc national de la Salonga en République Démocratique du Congo où 52 rangers avaient alors été formés. Depuis 2009, IFAW a intensifié ses efforts dans les pays d’Afrique Centrale qui connaissent de graves problèmes de braconnage des éléphants.

Les formations d’appui à la lutte anti-braconnage d’IFAW sont un des éléments de son travail de protection des éléphants. Ses efforts portent par ailleurs sur un important travail sur la protection d’habitats vitaux en Afrique du Sud et en Inde, sur la relocation et, sur des campagnes menées auprès du public et des décideurs politiques en Europe pour garantir la fin des ventes d’ivoire. Des campagnes de sensibilisation de l’opinion publique sont aussi lancées en Chine pour réduire la demande d’ivoire.

Post a comment

Contact presse

Céline Sissler-Bienvenu, IFAW France
Contact phone:
: +33 (0)3.26.48.29.20
Contact portable :
+33 (0)6.17.56.10.74
Contact email: