Sommet de Nagoya: des nouveaux objectifs audacieux attendus pour sauvegarder la biodiversité

Lundi, Octobre 18, 2010
Nagoya, Aichi Prefecture, Japon
Alors que les dirigeants du monde entiers se rassemblent à Nagoya au Japon pour la 10e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) fait pression pour aboutir à des objectifs ambitieux afin de stopper la perte de la biodiversité et l’extinction de certaines espèces d’ici à 2020.

« Les espèces animales disparaissent à un rythme jamais connu encore malgré tous les efforts de conservation déployés depuis des décennies » a indiqué Peter Pueschel, Directeur du programme Conventions internationales d’IFAW. « Depuis les tigres, les éléphants et les mammifères marins jusqu’aux grenouilles, aux primates et aux requins, la population moyenne des espèces animales sauvages a diminué de près d’un tiers sur les 40 dernières années. »

IFAW encourage l’adoption urgente, pour la décennie à venir, d’une stratégie exhaustive visant à réduire les taux de perte d’habitat, de disparition d’espèces menacées et d’extinctions tout en  améliorant d’au moins 10% le statut de conservation des espèces menacées d’ici à 2020. Des objectifs doivent aussi être fixés pour s’assurer que ni les espèces sauvages ni les écosystèmes ne soient mis en danger par le commerce international.

Plus tôt dans l’année, la 3ème édition de la publication de la CDB, Global Biodiversity Outlook,, a constaté que l’objectif du millénaire qui consistait à réduire significativement le recul de la biodiversité d’ici à 2010 n’avait pas été atteint. L’enquête a  mis en évidence que la pression sur la biodiversité semblait facilitée et que dans bien des cas cela résultait de l’activité humaine, dont la pollution, la destruction des habitats, et le commerce de la faune sauvage.

« Les espèces utilisées comme biens de consommation courants par l’homme sont confrontées à une réduction de leur population voire même à l’extinction de celle-ci » souligne P. Pueschel. « Si nous voulons endiguer la perte de la biodiversité, l’homme doit admettre qu’il est plus facile et beaucoup moins couteux d’éviter l’épuisement des espèces plutôt que d’essayer de les sauver une fois qu’elles sont sévèrement menacées.

IFAW mène aussi campagne sur la menace grandissante que font peser les bruits sous-marins sur les baleines et autres espèces marines. De récentes études ont démontré que la pollution sonore sous-marine  détourne les chants des baleines avec des conséquences graves pour leur survie, notamment pour se nourrir, s’accoupler, nourrir leurs petits, s’orienter et communiquer entre elles à distance.

« Les délais sont courts » rappelle Peter Pueschel. « Nous devons activement protéger le bien--être animal et nous concentrer sur des stratégies qui bénéficient à la fois aux animaux et aux hommes avant qu’il ne soit trop tard. »

Post a comment

Contact presse

Peter Pueschel (IFAW, Brussels)
Contact portable :
+49 (170) 2720 637
Contact email: