Plusieurs associations de protection animale contestent en justice la décision du gouvernement australien

Vendredi, Octobre 7, 2005
Sydney -Vendredi
Trois grandes organisations écologistes et de protection animale se préparent à lancer une procédure d'appel majeure vis-à-vis du gouvernement australien.
Cette procédure en justice entamée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), la RSPCA (Société royale de Prévention de la Cruauté contre les Animaux) et HSI (Humane Society International) commencera mardi (11 octobre). Elle devrait durer moins de deux semaines.

Les associations contestent une décision du Ministre de l'environnement et du patrimoine, le Sénateur Ian Campbell, autorisant l'importation de huit éléphants vers les zoos de Taronga et Melbourne.

Elle débutera devant la Cour d'Appel Administrative, 55 Market Street, à Sydney, à 10H00, heure locale.

Les principaux experts mondiaux dans le domaine des éléphants témoignent contre cette importation. Parmi eux, 

• Alan Roocroft—ancien dresseur et directeur de zoos doté d'une longue expérience internationale, il a notamment géré le programme éléphants au zoo de San Diego pendant plusieurs années. Il conseille désormais les zoos et gouvernements sur les soins aux éléphants en captivité et il a effectué des recherches approfondies.

• Dr Joyce Poole— étudie les éléphants d'Afrique et travaille pour leur conservation et leur protection depuis 1975 , elle est Directrice de Recherches pour le projet "Amboseli Elephant Research Project" au Kenya. 

• Dr Jacob Cheeran— le vétérinaire le plus réputé pour les éléphants en Inde, il est Maître d'enseignement et de recherche et Professeur Responsable de la filière Contrôle pharmacologique des animaux sauvages dans l'une des premières universités indiennes et consultant pour de nombreux organismes de conservation et plusieurs états.

IFAW, HSI et la RSPCA Australia font appel de la décision prise le 20 juillet, au motif que l'importation ne se justifie par aucun avantage pour la conservation, qu'elle sera potentiellement nuisible à la survie et au rétablissement de l'espèce et que les zoos ne peuvent pas satisfaire les besoins biologiques et comportementaux des éléphants.
 
Selon Rebecca Brand, Responsable des campagnes d’IFAW, "cet appel démontrera clairement que les éléphants n'ont pas leur place dans les zoos. Nous sommes persuadés que cette décision imparfaite et préjudiciable sera annulée."

"Les experts prouveront que cette proposition d'importation ne satisfait pas les exigences de la loi australienne sur la protection de l'environnement et de la biodiversité (Environment Protection and Biodiversity Conservation Act 1999)“, a déclaré Nicola Benyon, de HSI.

Le président de la RSPCA Australia, Hugh Wirth le confirme : "Un programme de reproduction en captivité dans les zoos ne peut tout simplement pas fonctionner. Cette proposition d'importation semble plus destinée à augmenter le nombre de visiteurs qu'à accroître le bien-être ou la conservation des animaux."

Pour information
40 millions de dollars de fonds publics ont été dépensés pour la nouvelle exposition sur la forêt pluviale au zoo de Taronga.
Cette somme de 40 millions aurait permis de faire énormément de choses en Thaïlande pour aider les éléphants d’Asie dans la nature, notamment en protégeant leur habitat, déjà menacé, et en mettant en place des patrouilles chargées de l’exécution de la loi et de la lutte contre le braconnage. 
 
D'autres zoos arrêtent de présenter des éléphants
Dans le monde entier, de nombreux zoos commencent à réaliser qu’ils ne peuvent tout simplement pas répondre aux besoins de grands animaux, extrêmement intelligents, tels que les éléphants, dans l’environnement d’un zoo, quels que soient les efforts qu’ils déploient. En 2004, le zoo de Détroit a décidé d’arrêter de présenter des éléphants pour des raisons éthiques : il ne pouvait pas satisfaire les besoins biologiques et comportementaux des éléphants qu’il abritait, malgré ses efforts et sa bonne volonté. Le seul éléphant du zoo d’Edimbourg est une reproduction grandeur nature, qui s’accompagne d’un panonceau expliquant que le zoo ne juge pas opportun de présenter cette espèce vivante.

Le zoo assure qu’il va se lancer dans un “programme d’élevage en vue de la conservation ». Ces prétentions sont insoutenables et contre-productives et ne sauveront pas l’espèce menacée qu’est l’éléphant d’Asie.
Aucun éléphant élevé sous couvert de ce programme de “conservation” ne serait remis en liberté. Le projet des zoos est uniquement de créer une population "indépendante" d’éléphants australasiens afin de peupler les zoos australiens et néo-zélandais.

Les taux de natalité des éléphants d'Asie dans les zoos sont dix fois inférieurs aux taux de natalité dans la nature. Les éléphants d'Asie sauvages ont donné naissance à une moyenne de six petits. Ce chiffre est généralement réduit à un seul petit pour les éléphants des zoos et de nombreux petits sont morts-nés ou meurent en bas âge par rejet ou infanticide. Il n'est absolument pas certain que ce programme de reproduction, qui utilise des techniques d'insémination artificielle hautement invasives, fonctionnerait.

Post a comment

Contact presse

Jennifer Walters (IFAW, Australie)
Contact phone:
(+61) 437 414 329