Un braconnier d’éléphants tué par balle dans un parc national kenyan

Jeudi, Janvier 22, 2009
Nairobi, Kenya
Un braconnier armé, suspecté d’être à l’origine d’une série d’abattages d’éléphants, est décédé hier sous les balles des rangers du Kenya Wildlife Service (KWS) lors d’une échauffourée dans le parc national de Tsavo East. Une arme semi-automatique, 17 cartouches et des flèches empoisonnées ont été trouvées sur place. L’ivoire était la principale motivation dans ce cas, selon des sources officielles.

D’après le responsable de la zone, Josphat Erupe, les rangers avaient suivi à pied le braconnier et son complice pendant 17 heures. "Nous avions remarqué un braconnier en haut d’un arbre mais il avait sauté et s'était évanoui dans la nature. Nous n'avons réalisé qu'il y avait un deuxième homme qu'au moment où, caché derrière un arbre, il a ouvert le feu sur nos rangers; mais il a été tué par balle dans l'assaut qui a suivi."

Selon les sources du KWS, le braconnage des éléphants a augmenté de plus de 60% entre 2007 et 2008. "Il n'est pas difficile de faire le lien entre cette augmentation du braconnage et la décision récente de reprendre le  commerce international de l'ivoire. Ce type d'événement n'est pas franchement une surprise. Au contraire, nous avions prévu que ce nouvel élan du braconnage se produirait," commente Michael Wamithi, Directeur de Programme de la campagne globale  en faveur des éléphants d'IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org).

M.Wamithi se réfère aux tonnes d'ivoire provenant des stocks de quatre pays d’Afrique australe vendues aux enchères en octobre et novembre 2008 ainsi qu’aux arguments avancés à l'époque selon lesquels cette initiative ne ferait qu'encourager une résurgence du commerce mondial de l'ivoire d'éléphant.

"Le commerce de l'ivoire, où qu'il ait lieu, affecte les éléphants dans toutes les régions du monde," poursuit M.Wamithi. "La réouverture du commerce légal ne fait que motiver les braconniers à tuer et à blanchir leur propre ivoire illicite sur ces marchés légaux.

Si l'on veut que les populations menacées d'éléphants survivent, tout le commerce de l'ivoire doit s'arrêter. Jusque là, nous continuerons de voir se déverser inutilement le sang des éléphants et de ceux qui les protègent."

IFAW a instauré un partenariat de cinq ans avec le KWS, pour une valeur de 1,25 millions de dollars (975.000 euros), afin d'encourager les opérations de gestion telles que l'application de la loi et les efforts de lutte contre le braconnage à Tsavo, le deuxième parc africain par la taille, qui est connu dans le monde entier pour l'importance de ses populations d'éléphants. Les deux véhicules de patrouille qui ont été utilisés lors de cette opération anti-braconnage ont été fournis par IFAW dans le cadre de son projet de partenariat.

Post a comment

Contact presse

Christine Deschamps (IFAW, France)
Contact phone:
33 (0)3 26 48 64 79
Contact email: