La chasse scientifique à la baleine au Japon est « illégale » selon des experts en droit réputés

Jeudi, Juin 1, 2006
Paris, France
Un comité indépendant d’experts en droit réuni à Paris a conclu que la chasse à la baleine à des fins scientifiques au Japon est "illégale" d'après les lois internationales et contrevient à des conventions internationales stratégiques. Une conclusion dramatique qui vient s’opposer au leitmotiv japonais selon lequel ce pays a le droit de chasser commercialement les baleines au nom de la recherche scientifique.
Ces conclusions interviennent quelques semaines seulement avant la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) qui se tiendra du 16 au 20 juin 2006 à Saint-Kitts, où l'on s'attend à voir le Japon faire campagne pour ses activités de chasse à la baleine.
 
Le rapport du comité, intitulé Rapport de Paris sur la chasse illégale à la baleine, affirme « [qu’]il existe des preuves convaincantes que la « chasse scientifique » pratiquée par certains membres de la CBI est en violation du moratoire sur la chasse commerciale » et que cette pratique de chasse est « illégale ».
 
IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org), qui a commandité l’enquête du comité indépendant, indique que ce rapport renforce les arguments contre le programme japonais de chasse.
 
« Les conclusions de ces experts indépendants en droit sont claires : la chasse soit-disant « scientifique » pratiquée par le Japon est illégale », a expliqué le Dr Joth Singh, Directeur de la faune sauvage et de l'habitat pour IFAW. « La communauté mondiale doit faire en sorte que le Japon doit assumer sa responsabilité du non-respect des lois internationales et les nations membres de la CBI feraient mieux de songer sérieusement à leur réputation avant de voter avec le Japon, car un vote favorable à la chasse « scientifique » est un vote favorable à une activité illégale. »
 
Note de l’éditeur : les membres du comité international d'experts indépendants en droit sont :
 
Laurence Boisson de Chazournes, professeur de droit international et chef du Département de droit international public et organisation internationale à la Faculté de droit de l’Université de Genève.
 
Pierre-Marie Dupuy, professeur de Droit international public à l’Université de Paris II et à l’Institut universitaire européen de Florence.
 
Donald R. Rothwell, professeur titulaire de la chaire Challis de droit international à la Faculté de droit de l’Université de Sydney et directeur du Sydney Centre for International and Global Law.
 
Philippe Sands, QC (Conseiller de la Reine), professeur de droit et directeur du Centre of International Courts and Tribunals à l'University College de Londres. Exerce comme avocat en droit international public au cabinet Matrix Chambers.
 
Alberto Szekely, professeur de droit international pendant 23 ans, juge ad hoc au Tribunal international du droit de la mer, membre de la Cour permanente d’arbitrage international de la Haye.
 
William H. Taft IV, avocat chez Fried, Frank, Harris, Shriver and Jacobson. Anciennement conseiller juridique pour le Département d’Etat des Etats-Unis et ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’OTAN.
 
Kate Cook, avocate au cabinet Matrix Chambers, spécialisée dans le droit environnemental et le droit relatif au développement. Anciennement conseillère juridique auprès du ministère britannique de l’Environnement.

Post a comment

Contact presse

Jennifer Ferguson-Mitchell (IFAW, Headquarters)
Contact phone:
+1-508-737-1584
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines