La CBI met en avant l’augmentation de l’industrie de l’observation des baleines

Jeudi, Juin 23, 2005
Ulsan, Corée
Après avoir rejeté les propositions japonaises d’accroissement de la chasse à la baleine, la conférence annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) a tourné son attention aujourd’hui vers la croissance constante de l’industrie de l’observation des cétacés dans le monde entier. Selon les évaluations globales entreprises par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), les opérations d’observation des baleines depuis la terre ou par bateau existent désormais dans 90 pays et territoires, contribuant à plus de un milliard de dollars en revenus touristiques directs ou indirects aux communautés côtières de la planète.
« De plus en plus de pays disent non à la chasse à la baleine et oui à l’observation des baleines, » a confirmé le Dr. Joth Singh, délégué d’IFAW à la conférence de la CBI. « L’observation des baleines est une solution gagnante à tous coups pour les baleines et pour les hommes ; elle peut apporter d’immenses opportunités économiques aux communautés côtières du monde entier. C’est l’alternative du 21ème siècle à la chasse à la baleine, qui constitue une utilisation réellement durable des baleines. »

Le Gouvernement de Nouvelle-Zélande a officiellement présenté aujourd’hui un nouveau rapport d’IFAW à la conférence, « The Growth of the New Zealand Whale Watching Industry » (Croissance de l’observation des baleines en Nouvelle Zélande), qui documente les avantages que tire la Nouvelle-Zélande de l’observation des baleines et dauphins. L’an dernier, 425.000 personnes ont observé les baleines en Nouvelle-Zélande, ce qui a rapporté près de 120 millions de dollars à l’économie de la Nouvelle-Zélande en 2004.

« La Nouvelle-Zélande est très fière de la prospérité de son secteur de l’observation des baleines et nous sommes déterminés à protéger les ressources naturelles qui le soutiennent » a déclaré M. Chris Carter, Ministre de l’environnement de Nouvelle-Zélande. « Nous présentons le rapport d’ IFAW pour montrer aux nations côtières l’exemple de ce qui peut être obtenu lorsque les baleines sont protégées et non chassées » a ajouté M.Carter. « Je félicite IFAW pour la qualité de ses recherches et le rôle efficace que cette organisation joue en collaborant avec les états pour les aider à bénéficier de la protection des mammifères marins.

Le Japon et d’autres pays favorables à la chasse à la baleine présents à la conférence ont affirmé que la chasse à la baleine et l’observation des cétacés peuvent coexister. « On ne peut pas avoir les baleines et l’argent des baleines, » conteste le Dr. Singh.  « Sans les baleines, il n’y aurait aucune activité d’observation. Les animaux et les hommes se portent beaucoup mieux lorsque l’on observe ces animaux au lieu de les exterminer. »

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (IFAW, Headquarters)
Contact portable :
+82-(0)10-2283-4226

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines