Les douanes suisses confisquent 2,5 millions d’euros de châles confectionnés à partir d’animaux en voie de disparition

Mardi, Juin 21, 2005
Bruxelles
La douane suisse vient de mettre un terme à une enquête portant sur l’introduction de 537 châles en laine shahtoosh confectionné avec le poil de l’antilope du Tibet. Cette enquête a commencé en janvier 2003 . La valeur estimée de ces châles est de plus de 2,5 millions d’euros, représentant le massacre d’au moins 1.600 animaux, soit plus de 3% de la population totale d’antilopes du Tibet.
« La taille de cette prise est sans précédent en Europe; elle indique que les réseaux de contrebande sont florissants malgré les lois internationales destinées à protéger les espèces » a déclaré Peter Pueschel, Directeur de Programme IFAW du Service Faune sauvage et Protection de l’habitat. « L’ampleur du commerce illégal des shahtoosh pousse cette espèce sur la voie de l’extinction. »
 
Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), qui a assisté les douanes suisses par des informations et des documents vidéo, coopère depuis longtemps avec les rangers et les autorités policières et douanières afin de lutter contre le braconnage et le trafic de shahtoosh.
 
Shahtoosh – mot perse signifiant « roi de la laine » - est la laine la plus fine qui existe. Elle est faite à partir de l’antilope du Tibet, également appelée « chiru », qui vit uniquement dans les plateaux reculés du Tibet, et des provinces chinoises du Xinjiang et de Qinghai. Etant donné que ces animaux ne peuvent faire l’objet d’aucun élevage, ils sont tués en milieu naturel. Trois à cinq antilopes du Tibet sont nécessaires pour produire un seul châle. En conséquence, la population d’antilopes du Tibet a chuté, passant de plusieurs millions au tout début du XXème siècle à environ 50.000 aujourd’hui.
 
Bien qu’ils soient interdits depuis 20 ans, les châles shahtoosh continuent d’être vendus illégalement dans des pays tels que le Royaume-Uni, les États-unis, l’Italie et la France. Le commerce de l’antilope du Tibet et de ses produits dérivés est illicite en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Cependant, un seul châle shahtoosh peut atteindre 10.000 euros sur le marché européen.

Post a comment

Contact presse

Günther Pauls (IFAW, Bruxelles)
Contact phone:
+32 (0)2 282 06 96
Contact portable :
+0473 863 461
Contact email: