VIDEO : Au grand jour, les autorités philippines écrasent leur ivoire illégal d’éléphant

La vidéo ci-dessus montre des extraits présentant les autorités philippines en train de détruire leurs stocks illégaux d’ivoire. Séquence c. IFAW/Alex Hofford

Pas plus tard que la semaine dernière, le gouvernement philippin a envoyé un message fort aux braconniers d’éléphants. Dans un élan audacieux et décisif, ils ont détruit pour 10 millions de dollars d’ivoire confisqué faisant d’eux la première nation asiatique à s’élever si vigoureusement contre le commerce illégal d’ivoire. Ils avaient initialement prévu d’écraser les défenses à l’aide d’un rouleau compresseur, mais cette méthode n’ayant pas fonctionné, ils ont eu recours à une excavatrice pour mener à bien cette tâche.

Les Philippines ont la réputation peu enviée de jouer un rôle central dans le commerce de l’ivoire et de servir de chemin de transit. L’année dernière, un rapport qui a examiné l’ivoire utilisé pour des objets religieux a souligné leur importance en tant que pays de destination et point de transit concernant l’ivoire passé en contrebande à partir de l’Afrique. Nous savons que les confiscations ne suffiront pas à mettre fin à ces activités. Les enquêteurs doivent découvrir la provenance et la destination de l’ivoire, mais la réduction du stock est déjà un premier pas dans la bonne direction.  

La plupart de l’ivoire illégal est envoyé en Asie, en particulier en Chine, où sa valeur s’est envolée. L’ivoire, considéré comme « de l’or blanc », y est un véhicule de placement. La disponibilité limitée de l’ivoire légal que la Chine a acheté à partir des ventes de stocks en Afrique australe en 2008 a, à son tour, stimulé la demande et encouragé le commerce illégal et le braconnage d’éléphants afin de répondre à une escalade de la demande sur les marchés.  

IFAW estime que 25 000 – 50 000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire en 2011 et, les chiffres correspondant à 2012, cette année aurait pu être encore pire en ce qui concerne les éléphants d’Afrique.

Le facteur décisif est lié au fait que tant que des marchés existent pour l’ivoire, les éléphants continueront d’être massacrés afin de satisfaire la demande. Toutefois, avec l’entrée de la Chine sur la scène, l’ampleur de la demande s’accroît dans des proportions démesurées et, selon de récentes données relatives au braconnage et aux saisies, elle semble ne jamais devoir s’éteindre.

Nous atteignons un seuil critique où l’on pourrait assister au déclin de populations que l’on croyait préservées des effets du braconnage. Il s’agit d’une crise mondiale et tous les efforts, aussi minimes soient-ils, visant à traiter le problème comptent d’une manière ou d’une autre. IFAW félicite par conséquent les Philippines pour leurs actions, qui adressent ainsi un message fort au monde, notamment à la Chine, l’enjoignant à suivre ses pas. 

Jason Bell

Pour plus d’informations sur les efforts que nous consacrons en vue de mettre fin au commerce de l’ivoire, rendez-vous sur la page internet de notre campagne.

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW