Pleins feux sur un partenariat : une collaboration avec le PNUD pour aider à mettre fin à la peur suscitée par les chiens errants en Bosnie

Becky Brimley (à gauche) avec Elzamina Bojicic au Siège de l’ONU à Sarajevo.

Je rentre de Bosnie où des milliers de chiens errants sillonnent les rues des villes et des milliers d’autres crépissent dans de misérables conditions au sein de refuges. Des défenseurs suent sang et eau pour prendre soin de ces chiens à travers des programmes de stérilisation et de retour, des programmes d’éducation et de volontariat dans les refuges et les centre de secours – mais ce n’est pas suffisant.

Le nombre considérable de chiens est ingérable et ceux qui errent dans les rues effrayent véritablement les gens. Ces interventions à elles seules ne s’attaquent pas à la racine des problèmes de fond et n’agissent pas à la source de l’existence même des chiens dans les rues.

Certains de ces animaux sont sociables et se contentent de lézarder paisiblement au soleil, au pied des kiosques à journaux et sur les passages piétons, nourris par des âmes charitables. Cependant, il existe un problème bien réel : les groupes de chiens qui chassent et mordent les gens.

En fait, dans certains endroits les gens ont tellement peur que les Forums citoyens pour la sécurité, créés par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Bosnie-Herzégovine, ont estimé que les chiens errants représentaient un problème de sécurité humaine.

C’est la raison pour laquelle je m’y suis rendue – pour parachever un accord conclu entre le PNUD et le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) en vue d’aider ces communautés à élaborer des programmes de gestion pratiques, humains et durables concernant la population canine.

Un partenariat avec le PNUD est une solution idéale pour IFAW car ils partagent notre approche de l’engagement communautaire et de solutions de développement local – ils disposent également d’une longue expérience de travail en Bosnie où la bureaucratie est pour le moins complexe !

Elaborer un programme pour gérer la population canine d’une communauté n’est pas un jeu d’enfants et en appliquer un constitue une entreprise de long-terme. Les remèdes éclairs n’existent pas. Toutefois, ces communautés veulent résoudre les problèmes auxquels elles sont confrontées avec leurs chiens et nous sommes disposés à les y aider. 

Un des nombreux chiens errants trouvés dans les rues de Bosnie.

La semaine dernière, nos partenaires du bureau du PNUD ont rencontré les maires de Jajce, Gradacac et Lopare ainsi que des représentants du Forum citoyens pour la sécurité de Sanski Most afin de discuter de la façon dont nous pourrions évaluer leur population canine et les inquiétudes de la communauté à cet égard. Nous leur avons également présenté notre processus de planification facilité dans lequel nous pouvons encadrer leurs communautés dans l’élaboration d’un programme de gestion durable et humain.

Maintenant nous allons nous tourner vers les autres participants dans chaque communauté, pour écouter leurs préoccupations et réfléchir aux ressources dont ils disposent – les services municipaux, les institutions de santé, les écoles, les vétérinaires, les membres de communautés qui prennent soin des chiens dans les quartiers et les personnes qui les abritent et leur trouvent un nouveau foyer.

Les préoccupations, l’expertise et la contribution de chacun sont capitales pour le processus de planification.  

Notre espoir à tous est que l’évaluation du PNUD/IFAW montre qu’il existe bel et bien la possibilité d’établir un consensus.

Si les acteurs d’une communauté parviennent à se rassembler et à s’accorder sur un projet commun, nous les conseillerons et les accompagnerons à travers un processus leur permettant de développer une compréhension mutuelle de leur situation locale et d’harmoniser leurs programmes afin d’unir leurs efforts.

S’ils peuvent collaborer avec nous en vue d’élaborer un projet communautaire, durable et humain, nous les aiderons à se lancer. Ce n’est pas une mince affaire. Cela implique d’être vraiment à l’écoute de l’autre, d’instaurer une véritable collaboration, de faire les choses différemment. Chaque étape est essentielle ; car, malgré les efforts de nombreuses personnes, il est évident que ça ne fonctionne pas actuellement.

Ceci étant dit, de la passion et un désir ardent animent sans conteste cette quête de solutions durables et humaines concernant ces chiens – nous avons d’hâte d’apporter notre pierre à l’édifice !  

Rebecca Brimley

Pour plus d’informations sur nos projets d’aide aux communautés et à leurs animaux de compagnie, rendez-vous sur la page internet de notre campagne.

Post a comment

Nos experts

Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Cora Bailey, Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Dr. Ian Robinson, Vice-président, programmes et opérations internationales
Vice-président, programmes et opérations internationales
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Hanna Lentz Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Jan Hannah
Responsable du projet Chiens nordiques
Kate Nattrass Atema, Directrice du programme Animaux de compagnie
Directrice du programme Animaux de compagnie
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Rebecca Brimley, Conseillère en matière de programmes
Conseillère en matière de programmes
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence