Ouverture demain du procès contre les baleiniers japonais : le sort des baleines va se jouer à la Cour internationale de justice

Ouverture demain du procès contre les baleiniers japonais : le sort des baleines
Mardi, Juin 25, 2013
La Haye

 

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) salue l'action en justice intentée par l'Australie contre la flotte baleinière japonaise qui sévit dans l'Antarctique. En effet, IFAW estime que ce procès qui débutera demain (mercredi), lèvera le voile sur le vrai visage de la chasse à la baleine à finalité prétendument scientifique.

 

 

Plusieurs commissions indépendantes de juristes internationaux chargées de l'étude du programme de chasse à la baleine scientifique du Japon ont invariablement conclu à son caractère « illicite » en vertu du droit international*. IFAW attend donc que la Cour internationale de justice livre un verdict allant en ce sens.

 

Selon IFAW, la chasse à la baleine scientifique du Japon n'est rien d'autre qu'une chasse commerciale déguisée.

 

Pour Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d'IFAW : « L'opinion publique a d'ores et déjà rendu son verdict : la chasse à la baleine commerciale, qu'elle soit assumée ou pratiquée sous couvert d'objectifs scientifiques, est une activité cruelle, dépassée et tout à fait inutile. Les contribuables japonais n'ont d'autre choix que de subventionner cette industrie, à la peine aussi bien sur l'eau que sur le marché, qui n'a plus sa place au XXIe siècle. Nous sommes ravis que ce problème fasse l'objet d'un examen approfondi à la Cour internationale de justice. »

 

« S'il nous tarde de connaître le verdict que prononcera dans les prochains mois la Cour internationale de justice, nous enjoignons dès aujourd'hui le Japon de mettre un terme à la chasse à la baleine dans l'Antarctique afin de ne pas entacher davantage sa réputation aux yeux de la communauté internationale. »

 

Du jugement de la Cour dépendra non seulement le sort des baleines du sanctuaire de l'océan Austral, mais aussi le respect futur de tous les accords multilatéraux sur la protection de l'environnement.**

 

Depuis l'introduction d'un moratoire mondial sur la chasse commerciale à la baleine en 1986, le Japon a tué plus de 14 000 baleines au nom de la science, dont une large majorité dans l'océan Austral.

 

IFAW a, en outre, constaté lors de l'analyse scientifique de séquences vidéo montrant des chasseurs japonais à l'œuvre dans l'océan Austral, que les baleines agonisaient parfois pendant plus d'une demi-heure avant de mourir. Aussi, IFAW s'efforce-t-il dans les pays autorisant cette chasse, de promouvoir l'observation des baleines comme alternative plus humaine, plus durable et plus profitable aux baleines et aux communautés côtières.

 

 

Note aux rédacteurs

 

* Entre 2006 et 2009, IFAW a réuni plusieurs commissions juridiques face à l'essor de la chasse à la baleine prétendument scientifique du Japon, et ce afin de pallier l'inaptitude de la Commission baleinière internationale (CBI) à régler le problème, du fait notamment de la campagne d'achat de votes que mène le Japon au sein de la CBI.

 

 

** L'affaire portée devant la CIJ ne se limite pas au non-respect d'une ou de quelques clauses d'une convention spécifique, mais concerne de nombreuses clauses en vigueur dans sept traités internationaux, lesquels constituent un socle significatif du droit international en matière d'environnement. Quatre commissions juridiques internationales ont ainsi établi que l'industrie japonaise de la chasse à la baleine scientifique contrevenait à un nombre important de clauses des accords suivants :

 

  • La Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine.
  • La Convention des Nations unies sur le droit de la mer.
  • La Convention sur la diversité biologique.
  • La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.
  • La Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique.
  • La Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage.
  • Le Protocole environnemental du traité de l'Antarctique.

 

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling
Contact phone:
+44 (0)20 7587 6708
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:
Patrick Ramage
Contact phone:
+1 (508) 776 0027

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Robbie Marsland, Directeur régional, Royaume-Uni
Directeur régional, Royaume-Uni