Focus sur l’Inde : les « gardiens de la vie sauvage » offrent aux éléphants un endroit sûr pour vivre

Suivis après avoir été relâchés en pleine nature, les jeunes éléphants Tinku et Rupa ont montré des comportements attestant de leur adaptation à la vie sauvage !Cet article a été rédigé par le biologiste Anjan Sangma. Il nous a été transmis par Shrestha et Sheren, en charge de la communication et tous deux travaillant pour le partenariat entre le Fonds international pour la protection des animaux et le Wildlife Trust of India (IFAW-WTI).

Un travail habituel peut parfois donner des résultats inhabituels ! La journée que nous avons passée le mercredi 17 avril 2013 en a été une parfaite illustration.

Ce jour-là, nous arpentions la zone de Doimari dans le Parc national de Manas. Comme tous les jours, nous étions à la recherche d’indices révélant la présence des éléphanteaux que nous avons élevés puis réintroduits dans cet espace.

L’équipe était composée de gardes forestiers, de soigneurs d’IFAW-WTI  et de membres d'organisations locales Manas Maozigendri Ecotourism Society et Agrang Ecotourism Society.

Vers 9 h 15, alors que nous marchions, Gobinda Garh, l’un des soigneurs, nous a fait signe de nous arrêter, nous indiquant à voix basse deux éléphanteaux en train de se nourrir au bord de la rivière devant nous.

En apercevant les pachydermes, j'ai pensé qu'il s'agissait peut-être des éléphanteaux relâchés par notre équipe.

Nous nous sommes rapprochés de quelques pas pour mieux les voir et j’ai reconnu l’un d’entre eux. Il s’agissait de Tinku (le collier émetteur usé qu'il portait confirmait son identité).

Nous nous sommes approchés encore un peu plus et Gobinda et Debojit Saikia, un autre soigneur, ont confirmé que le second animal était bien Rupa !

Reconnaissable au bout de sa trompe amputée, Rupa avait été parmi les six premiers éléphanteaux à être relâchés à Manas, en 2007.

Nous l’avions observé pour la dernière fois en février 2010, lorsque son collier lui avait été retiré, puis de nouveau un mois plus tard.

Debojit et Gobinda ont tenté d’approcher les jeunes éléphants pour retirer le collier émetteur de Tinku.

Mais, ne nous laissant pas le temps de les atteindre, les éléphanteaux se sont enfuis et ont disparu dans la forêt.

Nous aurions préféré pouvoir enlever le collier de l'éléphanteau, mais ce comportement n'en demeure pas moins encourageant : les éléphants sont en sécurité dans la forêt et se méfient des hommes, une preuve évidente qu’ils sont devenus sauvages !

J'ai alors eu une pensée pour les gardes forestiers et les membres des organisations locales, sans qui nous n’aurions pas été en mesure de placer ces éléphanteaux dans un habitat sûr à Manas.

Chaque jour, ils œuvrent à la protection du Parc de Manas et des éléphants qui y vivent. Ils patrouillent dans le parc, luttant contre les braconniers et les personnes qui empiètent sur ce territoire protégé. Loin de s'y limiter, leur mission consiste également à gérer les griefs des populations locales et à prévenir ou à résoudre les problèmes de cohabitation qui existent entre les hommes et les éléphants.

Grâce au Greater Manas Conservation Project (grand projet de conservation de Manas), IFAW-WTI forme ces « gardiens de la vie sauvage » afin qu’ils puissent accomplir leur travail le plus efficacement possible. Nous leur fournissons également de l’équipement pour les aider dans leurs activités quotidiennes.

Les formations ne portent pas uniquement sur les compétences, elles permettent également de regonfler leur moral et de renforcer leur motivation.

La plupart du temps, leur dur labeur n’est pas reconnu en dehors du Parc. Le seul moment où l'on s'intéresse à leur travail, c’est généralement quand quelque chose va mal.

Une personne qui connaît la situation de l’intérieur témoigne : « ces équipes, qui œuvrent jour après jour sur le terrain, sont les premières attristées lorsque quelque chose se passe mal. »

Malgré cela, ce sont les petites réussites comme celle obtenue avec Rupa et Tinku qui leur donnent la force de continuer leur mission.

Et ce sont à ces « gardiens de la vie sauvage » que nous devons de telles réussites.

Sheren Shrestha

Pour plus d’informations sur notre travail de protection des éléphants, consultez notre page dédiée.

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW