L’impact des changements climatiques

Les changements climatiques, surtout combinés aux répercussions de la chasse commerciale, pourraient avoir des effets dévastateurs sur les populations de phoques.

Les phoques du Groenland ont besoin d’une plateforme de glace stable pour mettre bas et pour prendre soin de leurs petits. Quand les glaces ne se forment pas, ou quand elles disparaissent très tôt à la fin de l’hiver comme ce fut le cas ces dernières années, les phoques sont confrontés à une menace nouvelle et très sérieuse à leur survie. En effet, les femelles qui ne trouvent pas de surfaces de glace appropriées sont parfois forcées de mettre bas dans l’eau, et les petits meurent. De même, si les glaces sont trop minces pour résister aux vents et aux vagues pendant toute la période d’allaitement, les bébés quittent leur mère trop tôt et ils peuvent se faire écraser par les glaces qui brisent. La glace est aussi essentielle comme aire de repos pour les phoques du Groenland. Si elle disparaît trop tôt, les petits peuvent mourir d’épuisement pendant la migration annuelle vers les aires de nutrition du Nord.

En 2010, avant même le début habituel de la saison de chasse commerciale, on estimait que 90 % des bébés de phoques du Groenland nés dans le golfe du Saint-Laurent étaient morts à cause du manque de glace. Malgré cela, le gouvernement canadien a donné le feu vert à la saison de chasse.

Pour faire contrepoids aux répercussions des changements climatiques et aux mauvaises conditions de glace, les gouvernements doivent tenter d’amoindrir les autres dangers qui menacent la survie des populations de phoques. De toute évidence, la chasse commerciale fait partie des dangers évitables.