Chine : cultiver la compassion et inculquer le sens des responsabilités

En Chine, il n’y a pas de loi nationale sur le bien-être des animaux et aucune loi ne protège les animaux de compagnie contre l’abandon, les mauvais traitements ou les actes de cruauté. De plus, on assiste actuellement à une augmentation du nombre de propriétaires de chiens. Il est donc plus important que jamais de sensibiliser les gens aux responsabilités associées à la possession d’un animal de compagnie.

Un problème qui s’aggrave

La possession d’un animal de compagnie est un phénomène populaire depuis une dizaine d’années seulement en Chine. Le nombre d’animaux augmente sans cesse, mais les propriétaires n’ont ni les connaissances ni les compétences nécessaires pour en prendre soin convenablement. De plus, les Chinois ont accès à peu de sources d’information fiables pour les aider à bien s’occuper de leurs animaux, et il y a très peu de services vétérinaires de qualité.

En Chine, les propriétaires hésitent souvent à faire stériliser ou vacciner leurs animaux. Ils sont aussi réticents à l’idée de promener leur chien en laisse ou de ramasser ses excréments. Ces comportements exacerbent les conflits entre les propriétaires d’animaux et le reste de la population, un problème sociétal qui sert souvent de prétexte aux autorités pour justifier des mesures restrictives. En conséquence, la discrimination à l’encontre des propriétaires de chiens et l’intolérance à l’égard de leurs animaux sont à la hausse.

Malheureusement, ces discriminations sociales, combinées à l’absence de mesures efficaces de prévention de la rage et au manque de programmes d’éducation, poussent fréquemment les municipalités à recourir à l’abattage massif de chiens.

L’IFAW à la rescousse

Depuis 1993, l’IFAW est à l’oeuvre dans une vingtaine de provinces chinoises. Nous fournissons une aide technique, matérielle et financière aux centres d’aide locaux, aux éducateurs et aux vétérinaires.

Chaque jour, nous fournissons abri, nourriture et soins vétérinaires, nous participons à la recherche de foyers d’adoption et nous aidons les gens à s’occuper de leurs animaux de façon responsable. Nous travaillons aussi directement avec l’organisme Lucky Cats Rescue : chaque année nous stérilisons plus de 1500 chats et nous trouvons des nouveaux foyers pour plus de 300 animaux en difficulté. De 2010 à 2012, l’IFAW a travaillé en étroite collaboration avec les vétérinaires locaux et les autorités municipales pour mettre sur pied un programme de stérilisation à Beijing. Cela a notamment permis de favoriser un contrôle plus humanitaire des populations canines grâce à une meilleure réglementation, de rehausser les normes relatives aux pratiques vétérinaires et de mieux sensibiliser le public aux questions de bien-être animal.

L’IFAW participe également au sauvetage des animaux en cas de catastrophes naturelles ou causées par les humains. Par exemple, nous sommes intervenus lors des récents tremblements de terre et lors de plusieurs tentatives d’abattages massifs de chiens. Nous avons empêché de deux à trois abattages chaque année depuis 1998.

En plus de notre travail de secours aux animaux et de sensibilisation du public, nous militons activement pour faire changer la loi chinoise. Nous demandons aux villes et aux municipalités d’adopter une réglementation qui vise la prévention de la rage et le contrôle des populations de chiens. Nous prônons également l’adoption d’une loi sur le bien-être animal qui interdirait la cruauté à l’égard des animaux, et notamment l’abattage brutal et massif de chiens.

Grâce au travail en profondeur que nous effectuons en Chine, nous créons des bases solides pour favoriser l’implantation de politiques plus humanitaires en matière de contrôle des populations animales, et pour ouvrir la voie à une approche plus bienveillante et plus responsable envers les animaux de compagnie.